L’EVOLUTION DES SANCTIONS – 27 mars à 20h30

Conférence-débat du séminaire ‘Qu’est-ce qu’une sanction juste ?‘ , co-organisée par l’Association des Amis de l’Université de Caen Normandie,  la Clinique Juridique de Caen, et l’association Démosthène.

Avec les étudiants (Master II)  de la Clinique Juridique , encadrés par

Eléonora BOTTINI et Jean-Manuel LARRALDE , professeurs de Droit, Université de Caen.

Amphithéâtre Tocqueville. 20h30. Mercredi 27 mars 2019.

 

Conférence-débat : Didier FASSIN, le lundi 7 janvier 2019 à 20h30

Proposée par l’atelier ‘Prison’, la conférence de Didier FASSIN  a pour titre :

‘Repenser le châtiment – Un impératif démocratique’

D.FASSIN est professeur de sciences sociales à l’Institute for  Advanced Study’ (Princeton), et Directeur d’Etudes à l’EHESS (Paris).

A l’amphi Tocqueville,  Rue de Moulin à Poudre, Campus I , Caen.

Ecouter la conférence de Didier FASSIN:

mercredi 4 avril- 20h30 -Justice des mineurs : contours et problématiques.

avec Luc_Henry CHOQUET.  A l’amphithéâtre Tocqueville, Université de Caen.

Responsable du Pôle Recherche de la Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse du Ministère de la Justice.

La Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (DPJJ), pour répondre efficacement à la délinquance des mineurs, en s’adaptant à la variété des situations et des personnes, se fonde sur des études empruntant à plusieurs disciplines (psychologie, pédopsychiatrie, sciences humaines et sociales…), d’où l’existence d’un pôle recherche au sein de la DPJJ, dont LucHenry Choquet est le responsable.

Les résultats de ces recherches en infirmant certaines idées reçues permettent de définir correctement les objectifs des mesures de protection et d’éducation. On constate ainsi, après une augmentation de la délinquance des mineurs durant soixante-dix ans, une baisse significative depuis 2011. Par ailleurs 65% des mineurs ayant eu affaire avec la justice une première fois ne récidivent pas. En revanche, c’est pour la part des mineurs récidivants que le rappel à la loi paraît sans effet et que des solutions originales doivent être trouvées pour assurer la réussite de l’action d’insertion et d’éducation. Ces solutions s’appuient sur les connaissances diffusées et valorisées par le pôle Recherche de la DPJJ, dont L-H Choquet présente le travail.